Le cocon de Stéfamille® | Arrêtez de me demander si mon bébé « fait ses nuits » !
2466
post-template-default,single,single-post,postid-2466,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Arrêtez de me demander si mon bébé « fait ses nuits » !

Arrêtez de me demander si mon bébé « fait ses nuits » !

nuit bébé, bébé fait ses nuits, sommeil de bébé, est ce qu'il fait ses nuits, dormir avec bébé, cododo, comment faire pour que bébé face ses nuits

« Alors il fait ses nuits ? »
Voilà une question qui m’énervait et qu’on me posait tout le temps et ce dès la sortie de la maternité par la famille, les amis, le pédiatre et même des inconnus dans la rue. Parfois, cette question apparaissait avant même le bonjour ou le comment allez-vous. Aujourd’hui, encore par mon métier, je suis témoin de ce genre de questions et j’observe tristement les visages plein de culpabilité, un peu gêné des parents de ne pas fournir la « bonne » réponse. Le sentiment de compétence parentale est alors au plus bas ! Et cela éveille chez le parent plein de questions, de stress et parfois même de conflits au sein du couple.
Cette croyance que bébé doit faire ses nuits le plus tôt possible sinon il va nous manipuler est tenace et bien ancrée dans notre société. L’inconscient collectif a associé un « bon » bébé est un bébé qui laisse dormir ses parents la nuit.
Or, le sommeil est une acquisition physiologique et non comportementale. L’éducation, les méthodes d’apprentissage au sommeil ou de conditionnements ne sont que des stratégies pour pallier au manque de sommeil des parents en oubliant le bien-être et les besoins des bébés qui fonctionnent différemment de nous. Comme pour la marche ou la propreté, bébé dormira quand il sera prêt, quand il aura la maturité nécessaire, quand son cycle de sommeil ressemblera sensiblement au notre. Rappelons-nous que nos bébés naissent immatures et qu’ils ont besoin d’être accompagnés par leurs parents intensément durant leur première année de vie.

« Alors il fait ses nuits ? »
Mais pourquoi me poses-tu cette question ? J’avoue que je ne comprends jamais le sens de cette question. Qu’est-ce qu’il y a dans la tête de l’interlocuteur pour la poser ? Est-ce pour savoir si j’en bave plus ou moins que lui ? Est-ce par soucis pour moi et il voudrait savoir si je suis fatiguée ? Est-ce que tu cherches à savoir quelle « méthode » j’utilise ?
Parce que soyons honnête, je pense que ça n’intéresse pas VRAIMENT la personne qui reçoit la réponse.

Si l’état de la maman vous interpelle, posez lui la question « Et toi, comment vas-tu ? » ou mieux « Comment te sens-tu ? » et montrez lui votre réel intérêt pour elle. Car il n’y a pas que les nuits qui fatiguent les parents (accouchement, logistique, épisio, les autres enfants, ….)

« Alors, il fait ses nuits ? »
C’est très subjectif comme question et très culturel aussi !
Faire ses nuits, c’est laisser dormir maman et papa avec la bonne plage horaire ? C’est dormir 6h d’affilé de 20h à 2h du matin ? A moins que ce soit 10h d’affilé ? C’est se réveiller et se taire dans son lit parce que l’on sait que personne ne viendra ?
C’est se réveiller et savoir se rendormir tout seul ?
Les enfants n’ont pas le même cycle de sommeil que nous, cela ne veut pas dire qu’ils dorment mal ou qu’ils ne sont pas en bonne santé. Cela devrait être naturel pour tout le monde que les parents se lèvent la nuit pour répondre aux besoins de leurs enfants. Ne sommes-nous pas également des parents à la tombée du jour ?
Ce qui est difficile c’est faire le tri et se positionner entre les discours que l’on a toujours entendus et les nouvelles valeurs et connaissances en neurosciences. Cela nécessite une réelle prise de conscience de la société et cela passe par l’information.

Il n’y a rien d’anormal à ce qu’un bébé se réveille la nuit. Les enfants font leurs nuits, ils ne font pas les nôtres. Faites-vous confiance ! Il existera toujours un bébé qui dort plus longtemps que le votre. Il n’y a aucune culpabilité à avoir. Chaque enfant est différent et unique. Il faut se laisser le temps. Un jour viendra, où votre enfant grandira et qu’il aura de moins en moins besoin de vous et où ses nuits difficiles seront oubliées.

pint stéphanie, le cocon de stéfamille, caoch parental bruxelles, atelier parent bébéStéphanie Pint/Le cocon de stéfamille
Accompagnante parentale – animatrice d’ateliers parents-bébé

Article soumis aux droits d’auteurs.

Tu peux partager cet article en respectant les points suivants :

  • Le partager dans son entièreté
  • En précisant la source à savoir : « article écrit par Pint Stéphanie alias Le cocon de stéfamille sur le blog https://lecocondestefamille.be  »

=> abonne toi à ma page Facebook « Le cocon de stéfamille » pour lire d’autres articles de la collection « Je peux plus me taire ».

————-

Racontez-nous en commentaire vos nuits de jeunes parents, pour que tout le monde se sente moins seul à vivre cette situation.
Vous a-t-on beaucoup posé cette question ?

No Comments

Post A Comment